29 Novembre 2018

LES LÉSIONS MÉNISCALES DU GENOU

L'ENTRAINEMENT DANS L’EAU EST EXTREMEMENT FAVORABLE CAR IL PERMET LA GUERISON TOUT EN L’ACCELERANT. MAIS UN EMPRESSEMENT TROP GRAND POURRAIT RALENTIR LE PROCESSUS DE REEDUCATION. 

LES MÉNISQUES SONT DES STRUCTURES DE FIBROCARTILAGE PRÉSENTES AU SEIN DE CERTAINES ARTICULATIONS. 

Les plus connus se situent dans le genou entre les condyles fémoraux et le plateau tibial. Ils sont au nombre de deux : le ménisque médial (ou interne) et le ménisque latéral (ou externe). Leur rôle est de favoriser l’emboîtement et la friction entre 
le fémur, de forme convexe, et le tibia, qui est plat. Ils servent égale- ment d’amortisseurs en réduisant la charge à laquelle les têtes osseuses sont soumises (ils absorbent près de 50% des charges en extension et 80% en flexion du genou). Lorsqu’une lésion survient, on tente de trouver d’autres stratégies thérapeutiques plutôt  que d’intervenir chirurgicalement. Mais quand l’intervention chirurgicale est nécessaire, on essaie de ne pas retirer le ménisque en totalité, comme cela se faisait avant : on se focalise uniquement sur la partie endommagée (on parle alors de méniscectomie sélective) afin de préserver la partie saine qui peut alors continuer à remplir sa fonction de « guérison » entre le tibia (qui présente comme nous l’avons déjà dit une partie plate) et le fémur, en forme de demie sphère. Ce choix permet de ne pas ouvrir la voie à l’arthrose, qui est la plus grave conséquence de l’ablation totale. De nombreuses personnes présentent chaque année des lésions du ménisque, impliquant pour la plupart le ménisque médial (5 fois plus fréquentes que sur le ménisque latéral). De plus, les hommes ont 3 fois plus de lésions méniscales que les femmes. 

COMMENT SURVIENNENT LES LÉSIONS AU MÉNISQUE ? 

Les lésions du ménisque surviennent quand on exerce dessus des forces de compressions associées à des forces de torsion. Ces lésions (dites aussi « ruptures » ou « fractures ») peuvent être de deux types : traumatiques ou dégénératives (liées à l’usure). Le tableau ci-dessous reprend les différentes caractéristiques avec les solutions thérapeutiques. 

Qu’elles soient traumatiques ou dégénératives, ces lésions sont caractérisées par les symptômes suivants : 
- Une douleur dans la zone de contact (médiale ou latérale) entre le fémur et le tibia qui s’accroit lors des mouvements de flexion et d’extension du genou ou de rotation du pied
- Un gonflement fréquent dont l’étendue varie d’un individu à l’autre
- Un blocage articulaire dans les cas de rupture d’une grande partie du ménisque, comme dans les lésions dites « en anse de seau ».

QUELLES SONT LES ACTIVITÉS AQUATIQUES CONSEILLÉES ? 

Les séances de piscine peuvent accélérer le processus de guérison et renforcer la musculature de façon équilibrée, notamment au début de la rééducation. Il est en effet possible dans l’eau de commencer très tôt des exercices de rééducation qui seraient totalement déconseillés sans immersion. Que ce soit au début du traitement ou pendant les phases qui suivent l’intervention chirurgicale (à l’exception des sutures et transplantation de ménisque qui requièrent des traitements particuliers), les activités qui permettent de maintenir et de retrouver une excellente forme générale et une capacité aérobie et articulaire peuvent être : 
- La marche en eau profonde avec appui sur les pieds
- La marche sur tapis de course d’eau
- La course en eau profonde avec gilet ou ceinture flottante
- L’hydrobike (vélo horizontal et aqua-bike à résistance réglable)
- Le step dans l’eau
- La course sur tapis élastique 

 

 

Partager