14 Janvier 2019

AQUABIKE : RALENTISSEZ !

Afin de varier l’effort lors d’un travail en aquabike équipé de régulation de l’intensité, on a recours normalement à quatre méthodes : 
- Le travail des bras, qui utilise de nombreux groupes musculaires stimulant ainsi une meilleure réponse cardiaque

- Le travail d’intensité variée et coMbinée à partir de positions de base 

- Le changement du rythme de pédalage

- Le travail avec le frein à résistance variable PENDANT l’exercice.


Ce dernier point représente un changement fondamental dans la méthode d’enseignement en proposant une nouvelle charge de travail et un type de travail complètement novateur dans le monde aquatique. 
Rappelons que la force appliquée sur la pédale est régie par un rapport au carré en fonction de la vitesse développée. C’est pourquoi, si nous voulons ralentir le rythme du pédalage, la force appliquée sur la pédale est réduite. 
En fonction de la profondeur de l’eau nous pourrons travailler par exemple sans résistance variable de la cadence 60 RPM - cycles complets par minute jusqu’à 100 RPM, mais en dessous ou au-dessus de ce rythme et sans résistance, le travail sera trop faible ou trop fort. Cette caractéristique aquatique s’impose à tous les mouvements qui demandent une bonne application de force et une exécution rapide. Le travail du frein consiste donc à effectuer un pédalage à vitesse réduite avec une résistance modulable en fonction du serrage (plus ou moins fort) du frein. De cette manière, le niveau de travail augmente considérablement. En effet, dès 20-25 RPM, nous pouvons ressentir l’effort musculaire et/ou cardiovasculaire ainsi qu’une fluidité de l’action.

De plus, nous pouvons varier les types de stimuli musculaires demandés, de la force - vitesse à la force - résistance. Evidemment, l’utilisation du frein ne peut pas être reproduite tel-quel dans un exercice en montée, en effet la caractéristique aquatique du mouvement sera conservé. 

Il est possible néanmoins avec un frein partiellement serré d’effectuer des variations de rythme. En définitive il est possible de passer d’un pédalage lent avec l’utilisation d’un frein mécanique à un pédalage rapide avec une bonne charge qui est due au déplacement de la masse d’eau (sans frein mécanique) et vice versa. L’utilisation du frein est donc optionnelle mais permet d’élargir son public et le niveau du cours. Du débutant au sportif entrainé, chacun pourra régler sa résistance en fonction de son niveau et de son objectif. 
Une telle opportunité ne doit pas faire abstraction d’une recherche constante des caractéristiques de l’eau dans la construction de votre séance : en effet nous conseillons d’intégrer l’utilisation du frein dans les cours a n d’engager un travail complet dans tous types d’entrainements. 

Conseils pour l’enseignant 
 
Toujours essayer vos exercices et le nouveau matériel dans l’eau. 
Aller au-delà de la première impression, s‘enrichir d’expériences et de sensibilités. 
Vérifier régulièrement en tant qu’enseignant la validité des contenus proposés aux participants. 
Expérimenter de manière continuelle tout en respectant la sécurité. 

Conseils pour le pratiquant 

Faites confiance à votre enseignant, c’est un professionnel. 
Essayez différents vélos, différents cours, et diversifier votre propre entrainement. 
Echangez continuellement vos impressions et les difficultés rencontrées avec l’enseignant. 
Développer et perfectionner le geste physique spécifique (pédalage aquatique). 

Partager